Grossesse : mon deuxième trimestre

Je vous avais rédigé un article sur mon premier trimestre et j’avais envie de continuer dans cette lancée afin de partager avec vous cette aventure de A à Z. Ce deuxième trimestre a été rempli de hauts comme de bas mais il n’en reste pas moins une des plus belles expériences de ma vie et de mes plus grandes fiertés : celle de porter la vie.

4 ème mois :

It’s a boy ! Comme vous le savez si vous avez lu mon article « Je vais bientôt être maman« , je suis davantage suivie médicalement que la moyenne à cause d’un traitement à risque que j’ai pris au tout début alors que j’ignorais que j’étais enceinte. J’ai donc eu « la chance » d’avoir une échographie à la semaine 18 qui révélerait le sexe de mon bébé alors que la plupart des mamans le savent à la semaine 22. Je vous avoue qu’avec mon chéri on avait vraiment hâte de savoir si on allait accueillir un petit prince ou une petite princesse. Et c’est finalement l’intuition de Flo qui a été la meilleure car il avait prédit un garçon et moi une fille. Nous aurions préféré une fille tous les deux et il est vrai que sur le moment nous avons eu un petit pincement au coeur, mais au bout d’une heure nous étions heureux comme jamais (et qui sait ça serait peut-être pour la prochaine fois !). Le fait de connaître le sexe de notre futur bébé et de savoir qu’il était en pleine forme, c’était tout ce qui comptait pour nous. Et ce jour-là, lors de l’échographie, le médecin m’a dit que la semaine 22 ne serait qu’un contrôle car bébé était déjà plus développé que la moyenne à son stade. Que demander de plus ? Le médecin m’a également dit que je devrais commencer à le sentir bouger et ça n’a pas loupé : trois jours après je sentais ses premiers petits coups. Vous n’imaginez pas à quel point c’est émouvant et à quel point ça rend la chose vivante, réelle et magique. On dépasse enfin ce stade du premier trimestre difficile avec ces nausées atroces et son ventre quasi inexistant. A partir de ce moment là, on peut vraiment créer un lien avec son petit bout. En tout cas c’était mon ressenti. Niveau désagréments, les nausées se sont enfin arrêtées mais j’ai malheureusement souffert de terribles ballonnements et de douleurs ligamentaires qui sont typiques au quatrième mois mais qui ont fini par s’atténuer au début du 5 ème. Niveau moral j’avoue que ça a été un des mois les plus difficile. J’avais comme cette impression d’être déprimée H24 (la faute aux hormones et à l’hiver) et d’être excédée physiquement (j’ai eu la tension à 8.5 un long moment et je faisais pas mal de malaises…). J’étais en plus pas mal stressée car nous cherchions avec Flo un appartement assez rapidement pour pouvoir enfin vivre ensemble et préparer l’arrivée de bébé. Mais entre mon statut d’auto-entrepreneur et son statut d’intermittent du spectacle, on se faisait rejetés de partout et les agences ne nous prenaient pas au sérieux. Toutes ces sources de stress m’empêchaient littéralement de profiter de ma grossesse et j’ai donc décidé de lever le pied et de VRAIMENT me reposer.

5 ème mois :

Sans doute le meilleur depuis que j’ai appris que j’étais enceinte. Il s’est passé une sorte de lâcher prise dans ma tête et j’ai enfin compris qu’il fallait que je prenne du temps pour moi. Et même si on continuait les recherches d’appartement, bizarrement j’étais moins anxieuse à l’idée de ne pas trouver et je me sentais sereine pour ce qui allait arrivé. Et ça a porté ces fruits car en début février, avec l’aide d’une des connaissances de Flo (que je ne remercierai jamais assez) nous avons trouvé notre petit nid. A partir de ce moment-là j’avais à peine 15 jours pour tout emballer et me préparer au déménagement, mais je le faisais petit à petit et à mon rythme. J’avais toujours une tension basse donc j’ai opté pour plus de photos à la maison pour ne pas me fatiguer. J’ai aussi opté pour de longues après-midi Netflix sous la couette à regarder « Jane the Virgin », qui m’a vraiment été d’un grand réconfort à ce moment-là (comme quoi une bonne série peut tout changer !). Voici donc comment j’ai procédé : je bossais le matin (courses, boulot, cartons…) et l’après-midi repos total. Et vous n’imaginez pas à quel point ça m’a fait du bien. J’ai senti peu à peu la déprime s’éloigner et j’ai arrêté, vers le milieu de ce cinquième mois, de faire des malaises. Ma tension revenait petit à petit et ça me faisait vraiment du bien. Les ballonnements s’étaient calmés aussi mais ont laissé place aux gastrites. Heureusement on m’a rapidement mise sous traitement (autorisé pendant la grossesse) et ça m’a très vite soulagée. Bébé quant à lui, bougeait de plus en plus et l’échographie de la 22 ème semaine a confirmé que tout allait très bien et qu’on pouvait entamer un suivi normal à partir de maintenant. Tout était donc plus calme. Jusqu’au 6 ème mois.

6 ème mois :

Autant préparer le déménagement a été gérable, autant le déménagement en lui-même a été éreintant pour moi, et je pèse mes mots. Même si j’ai fait appel à des déménageurs, devoir nettoyer, ranger trier, faire des allers/retours dans les magasins pour se meubler progressivement… c’était épuisant pour moi. J’ai très rapidement commencé à souffrir du dos de façon violente : des sciatiques à ne plus pouvoir marcher, des douleurs dans les côtes, les dorsales et sans parler des mes problèmes posturaux de base qui pour le coup se sont bien fait ressentir. De nouveau des gingivites, mais plus fortes qu’au premier trimestre, parfois quelques désagréments digestifs (souvent empirés par la fatigue), beaucoup de difficultés à respirer et une anémie. Je sais que toutes les femmes vivent la grossesse différemment mais de mon côté ça marche comme ça : moins je me pose et j’écoute mon corps, plus je subis physiquement, plus je suis irritable, stressée et déprimée. Je sentais mon bad mood revenir et ça ne me plaisait pas du tout. En plus, on a eu à ce moment une vague de pluie d’environ trois semaines qui n’a pas aidée. Je m’en voulais car j’avais tout pour être bien : mon amoureux enfin avec moi et un bel appartement pour accueillir bébé, mais bon les hormones encore et toujours me jouaient des tours … (et elles continuent !). Mais ce qui était bien, c’est que le connaissais l’astuce maintenant, je savais qu’il fallait juste que je me repose dès que je le pourrai et tout rentrerai dans l’ordre. Du coup, aujourd’hui on est encore dans les cartons car je n’arrive pas à en faire beaucoup, mais ce n’est pas grave. Je prends le temps. Puis, la fin de mon deuxième trimestre est arrivée, et au moment où les beaux jours sont revenus, le coronavirus présent en France depuis quelques semaines a tourné à l’épidémie et nous voilà en confinement depuis presque une semaine maintenant. Ce qui, vous vous en doutez, n’aide pas une femme enceinte à rester calme. Mais malgré ces terribles nouvelles que l’on voit circuler jour après jour, je fais TOUT TOUT TOUT pour rester positive. Certes je me suis dit qu’il y avait toujours quelque chose pour m’empêcher de profiter de l’arrivée du bébé, mais je me suis aussi dit que ruminer le négatif et alimenter ce mental bien trop envahissant ne servirait à rien. Ne pas regarder le passé, ne pas anticiper le futur et tenter de vire l’instant présent : voilà la philosophie que j’ai toujours eu et que je dois encore plus adopter aujourd’hui. Je ne vous dis pas que c’est simple tous les jours, mais ce n’est pas grave. A travers des méditations, des livres, des vidéos, des activités… j’essaie de voir ce temps-là comme bénéfique pour moi et mon fils. Ma tension est toujours bonne du coup j’ai repris le yoga (je n’avais quasiment pas fait de sport depuis le début de ma grossesse et ça me fait du bien), mes douleurs au dos sont bien présentes mais après plusieurs allers/retours chez l’ostéopathe et beaucoup d’étirements, j’arrive à tenir. Et quant au reste, j’essaie de ne pas y penser. Je suis avec l’homme de ma vie dans notre petit cocon, mon fils va parfaitement bien et moi je grandis avec lui, quoi qu’il arrive. Je devais aller voir la psychologue à la maternité pour m’aider à préparer l’accouchement mais la situation de confinement m’en empêche. Je ne sais pas non plus comment vont évoluer mes rendez-vous médicaux et si je pourrai avoir des cours de préparation à l’accouchement mais encore une fois, j’essaie d’être positive et de me faire confiance. Je suis faite pour donner la vie alors j’y arriverai, la tête haute et le coeur plein d’amour. J’ai aussi été peinée de mon premier rendez-vous avec l’obstétricienne quand elle m’a annoncé que j’avais pris en tout 10kg depuis le début et que, même si c’était normal, je devais faire attention à mon alimentation (moi qui mange déjà sainement). Je vous en avais parlé sur Instagram et vous avez été d’un grand réconfort, merci encore pour vos mots. Aujourd’hui, je suis les règles qu’elle m’a données, en m’octroyant tout de même quelques plaisir car j’en ai besoin et je pense que mon fils aussi. Je me dis que s’il est en pleine forme depuis tout ce temps c’est qu’il a tout ce qui lui faut, donc tentons de lâcher prise sur le poids. Et la meilleure nouvelle dans tous ça, c’est que je n’ai quasiment plus de boutons ! Et ça c’est juste tellement chouette si vous saviez ! J’ai encore des traces mais pas de grosses inflammations, plus depuis un mois. Pourvu que ça dure ! Bébé grandi de jour en jour et je le sens bouger de plus en plus. En ce début de septième mois, je commence à avoir hâte de rencontrer mon petit coeur, en espérant que d’ici la tous les soucis sanitaires actuels seront derrière nous et que nous en serons sortis grandis.

Pour résumer, c’était un trimestre plein de rebondissements mais en même temps très riche. Même si parfois je suis envahi par mes émotions, mon stress, mes douleurs physiques et certaines de mes pensées négatives, j’essaie toujours de mettre de la lumière sur la situation, d’en voir les bons côtés et d’avoir confiance en la vie. Elle va changer, je vais changer, évoluer, et tout ce que j’ai appris jusqu’à maintenant me servira et me rendra plus forte. Dernière ligne droite mon fils, dans trois mois tu seras là !

N’hésitez-pas, si vous avez des questions, à me les poser en commentaire ou tout simplement à partager vos expériences, je serai ravie de vous lire ! A très vite dans le prochain article !

6 Commentaires

  1. Aurélie
    23 mars 2020 / 6:01

    Ma pauvre ce n’était pas facile du tout. Je te donne plein de courage pour la suite ❤️

    • Bohaa
      Auteur
      23 mars 2020 / 7:35

      Merci beaucoup ❤️

  2. Elodie
    23 mars 2020 / 6:30

    Comme à chaque fois lorsque tu parles de ta grossesse ça me touche. Je suis tellement heureuse que bébé grandisse bien et que tu ailles mieux. Profites bien de ton troisième trimestre, avec Flo à tes côtés du doit certainement te sentir mieux, plus sereine.
    Pleins de bisous, je vous souhaite encore plus de bonheur.
    Elodie

    • Bohaa
      Auteur
      23 mars 2020 / 7:35

      Merci ma belle c’est adorable. Oui avec Flo près de moi tout est plus léger. Je te fais un gros bisou ❤️

  3. Sophie
    23 mars 2020 / 9:40

    Bonjour Camille,

    Je ne suis pas le genre d’abonnée à commenter mais suite à la lecture de ce nouvel article, j’avais envie ! Je suis enceinte de 29SA, notre date de terme ne doit pas être éloignée … ça me fait du bien de lire les ressentis/pensées d’une femme enceinte surtout en cette période si anxiogène … cours de préparation à l’accouchement annulés, échographies sans le futur papa, on peut dire qu’on ne va pas vivre notre dernier trimestre comme on pouvait le penser. Mais tu as raison, je pense qu’il faut rester positive et surtout profiter à fond de nos trois derniers mois en connexion avec notre petit bébé. Je te souhaite une belle fin de grossesse et surtout, prenez bien soin de vous. Au plaisir de voir tes futurs posts et suivre l’arrivée de ce bb 🙂
    Sophie

    • Bohaa
      Auteur
      24 mars 2020 / 6:53

      Bonjour ma belle en effet nous sommes proches je serai à 29SA dans 3 jours 🙂 oui restons positives tout ira bien nous pouvons le faire ! Je te souhaite également un merveilleux dernier trimestre prend soin de toi au maximum surtout je t’embrasse 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *